Do You Green, marque de lingerie fabriquée en fibres de pin !

Planter une forêt… le pari fou d’un homme sensé !

Préserver l’environnement est une priorité ! Ceux qui vous disent le contraire ont tout simplement une vision très « terre à terre » de la réalité. C’est dans ce sens qu’on devient responsable, qu’on veille à la propreté et qu’on adopte un comportement bio.

Notre lingerie Do You Green fabriquée en fibres de pin est 100% bio et en portant une lingerie bio, en plus de prendre soin de votre peau, vous préservez l’environnement ! L’histoire qu’on vous relate est aussi poignante… celle d’un homme qui a planté une forêt pendant 30 ans… tout seul !

Planter  un arbre, l’un après l’autre, pendant 30 ans, pour avoir au final, une forêt, c’est là, l’exploit d’un homme, JadavPayengqui a replanté une île déserte en Inde

On l’appelle « Forest Man »

https://www.youtube.com/watch?v=HkZDSqyE1do

Forest Man a commencé sa mission à 16 ans ; nous sommes en 1979, il décide de planter des arbres, à la main… une superficie de 550 hectareset pour un arbre à la fois. La forêt de Molaïa a été plantée par un seul homme qui a consacré sa vie aux arbres. Evidemment, à ce rythme, il lui a fallu 30 ans !

Le déclic arrive suite à d’importantes inondations en 1979, lorsque des centaines de serpents d’eau s’échouent sur l’île et meurent d’épuisement, déshydratés. Jadav a déclaré: « Il n’y avait pas d’arbres pour protéger ces serpents. Je me suis assis et j’ai pleuré. J’ai contacté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont conseillé la plantation de bambous. Ce fut dur mais je l’ai fait. Et tout seul. »

Le déclic arrive suite à d’importantes inondations en 1979, lorsque des centaines de serpents d’eau s’échouent sur l’île et meurent d’épuisement, déshydratés. Jadav a déclaré: « Il n’y avait pas d’arbres pour protéger ces serpents. Je me suis assis et j’ai pleuré. J’ai contacté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont conseillé la plantation de bambous. Ce fut dur mais je l’ai fait. Et tout seul. »